Accorder des interviews percutantes : les bases

Avant une interview

  • Renseignez-vous sur l’interview. Quel sera le point de vue adopté ? Quels types de questions vous seront posés ? L’interview sera-t-elle diffusée à la radio ou à la télévision ; se déroulera-t-elle par téléphone, dans un studio ou dans votre bureau ; sera-t-elle en direct ou enregistrée ? Demandez quelle sera la durée de l’interview finale, de façon à pouvoir adapter la longueur de vos réponses.
  • Dans la mesure du possible, corrigez les idées préconçues des journalistes avant l’interview. « Non, nous ne critiquons pas tous les projets de développement, seulement celui-ci, parce qu’il nuit au climat. »
  • Si cette interview revêt une importance cruciale ou si vous avez le temps, faites des recherches sur l’intervieweur.euse. Regardez ou écoutez ses dernières interviews. Quel est son avis sur le thème abordé ? Quel est son style : amical, familier, agressif, cérébral ? Attardez-vous sur les personnes interrogées qui s’en sortent le mieux et réussissent à transmettre une impression de crédibilité.
  • Mettez-vous à la place du public de façon à communiquer votre message aussi efficacement que possible. Ne vous exprimez pas comme vous le faites avec vos collègues militant.e.s, au risque de rater votre interview. Vous devez vous adapter, en partant du principe que le public n’en sait pas autant que vous et qu’il est peut-être préoccupé par d’autres problèmes.
  • Imaginez à quoi ressemblerait une interview réussie. Réfléchissez à 2-4 messages clés que vous tenez à faire passer.
  • En vous basant sur ce que vous savez de l’intervieweur.euse, du lieu ou du contexte, anticipez les questions et entraînez-vous à y répondre. Une répétition avec un.e collègue peut renforcer votre confiance et clarifier les messages. Les réponses toutes prêtes sont souvent affectées et ennuyeuses ; il est donc important que vous appreniez à parler avec sincérité.
  • Assurez-vous de disposer des dernières informations sur le sujet de l’interview. Rassemblez des articles, des nouvelles récentes et des faits étayant votre cause.
  • Prévoyez un exemple pour illustrer le cœur du problème : rien de tel qu’un exemple auquel le public pourra facilement s’identifier. « L’heure est venue de désinvestir. En France, des pluies torrentielles causées par le changement climatique inondent nos rues. L’élévation du niveau des mers engorge la Seine et la Loire et multiplie les risques d’inondation. »

 

Durant l’interview

  • Le plus important est d’énoncer vos messages clés dès le début de l’interview et de les répéter tout au long de cette dernière.
  • Parlez des problèmes qui touchent le public. Exprimez-vous avec conviction et défendez vos arguments avec enthousiasme, passion et inspiration.
  • Soyez précis.e. Faites des déclarations courtes (une ou deux phrases) et positives.
  • Employez un langage courant. Évitez le jargon et les acronymes comme CO2 ou bulle carbone (au risque de nous répéter, c’est au public que vous vous adressez !).
  • Faites des phrases courtes, complètes et faciles à retenir. Les phrases complètes doivent résumer les messages clés.
  • Pensez aux anecdotes. Racontez en quelques mots des histoires ou des expériences personnelles pour illustrer vos principaux arguments.
  • N’expliquez pas aux médias ce que vous faites, expliquez-leur pourquoi vous le faites.
  • Soyez concret.ète. Évitez en toute circonstance les formules vagues et générales. Si vous ne connaissez pas une réponse, déviez vers ce que vous savez (il est préférable de dire « J’y reviendrai » ou « Je ne suis pas au courant, mais ce que je sais, c’est que ____ » que de donner des informations erronées. Vous risqueriez de perdre votre crédibilité, qu’il vous sera ensuite difficile de récupérer ! Nos opposant.e.s peuvent en outre les utiliser contre nous).
  • Mentionnez des faits et des chiffres marquants et fiables pour illustrer l’échelle d’un problème ou d’une solution.
  • Assurez-vous de disposer des dernières informations sur le sujet de l’interview. Demandez à vos sources des informations de fond et les dernières nouvelles en date.
  • Ne parlez pas trop vite, surtout dans les interviews télévisées et radiophoniques.
  • Servez-vous des questions pour réorienter la conversation vers votre message central. La méthode « ARC » est une technique éprouvée :
  1. Accueillez la question.
  2. Raccordez-la à votre message.
  3. Communiquez votre message.

Lorsque l’on vous pose une question sans rapport avec votre message, commencez par accueillir cette question avant de la raccorder au sujet qui vous intéresse ; par exemple :

  • « C’est un problème, mais ce qui préoccupe réellement la population… »
  • « C’est ce que certain.e.s disent, mais nos recherches montrent que… »
  • « Oui, ce débat est loin d’être clos, et nous nous concentrons aujourd’hui sur… »
  • « C’est un point de vue, mais nous devons examiner comment il s’inscrit dans un contexte plus large… »
  • Entraînez-vous à éviter les « Euh » et « Mmmh », qui suggèrent le doute ou le manque de confiance en soi.
  • Attention à ce que votre apparence ou votre élocution ne détournent pas l’attention de votre message.
  • Maîtrisez votre message et entraînez-vous. Répétez continuellement votre message.

 

Accorder des interviews percutantes : techniques avancées

Interviews avec les médias : conseils pour la télévision et la radio


Intégrez cette ressource: